La Salsa made in Morocco a enfin son film !



"Wake-Up" un court métrage réalisé par Hicham RHABAOUI , un jeune Casablancais lauréat de l’école des beaux arts, photographe professionnel, réalisateur indépendant et Salsero confirmé.

Un Rabat-Salé plongé dans une ambiance latino-marocaine, une musique, une danse, une histoire, et un film haut en couleur, qui nous fait découvrir une communauté de Salseros de chez nous qui croque la vie à plein dents.

"Wake-Up" est une invitation à la joie de vivre et à la liberté !

Découvrons ensemble Hicham Rahbaoui, co-producteur et réalisateur de "Wake-Up" qui a gentiment accepté d’accorder à Sweetology une interview exclusive où il dit tout sur le film, et on ne peut que le remercier pour sa disponibilité et son envie de partager avec la Blogoma cette expérience extraordinaire que celle de travailler sur le projet "Wake-Up" !

Je vous laisse avec l’interview événement.

S : comment t'es venu l'idée du film? et pourquoi ce timing?

HR : cela fait déjà 8 ans que je fais des vidéos de Salsa, des vidéos filmées pendant des soirées, des stages ou des cours. Aucune mise en scène n’était prévue, et le montage se faisait sous forme de clip, le coté professionnel manquait toujours. donc à un moment j’ai décidé de passer à quelque chose de plus recherché.

le cadre de la péniche du Bouregreg m'ayant beaucoup inspiré, ainsi que le nouveau Rabat (le tram, le pont …) m’ont poussé à réfléchir à une histoire qui se passerait dans cet environnement et dont les protagonistes seraient des Salseros que je connais.

S : et pour ce qui est du script ?

HR : l’écriture du scénario s’est faite suivant ce qui était réalisable et suivant les moyens dont je disposais, que ce soit au niveau technique, au niveau des lieux de tournage et de la performance des acteurs.

le scénario consistait a créer une histoire de coup de foudre banale à première vue mais qui regorge de symbolique, et sert à faire passer l’idée principale du film qui est la recherche de la beauté et de la liberté.

par exemple, le personnage principal habillé en costume cravate tout au long du film, et qui dénoue cette dernière petit a petit, le contraste plus ou moins visible de sa position figée et ses fringues conformistes au milieu d'une foule déchainée et décontractée.

la robe rouge de la fille est le symbole de la  passion et de la beauté. Dans la séquence où le hero danse à l'extérieur, il y a un montage parallèle avec la fille qui est de l'autre coté de la ville et qui danse aussi. C’est une sorte de connexion entre les deux personnages, une communication à travers la danse.

le dénouement du film se fait, non autour du héro qui part avec la fille, mais plutôt autour du second prétendant qui enlace le héro, alors qu'il l'a bousculé lors de la soirée d'avant. Ce que je veux dire par là, c'est qu'une fois que le héro se libère de ses complexes, on le voit lorsqu’il danse dans la rue et surtout à la fin débarquer avec une tenue décontractée, il est accepté par le groupe et ça c’est la finalité du film.

la fille n'étant qu'un prétexte, un élément qui va le réveiller pour le faire sortir de la routine et du cloisonnement et lui faire comprendre que la vie va au delà de son costume cravate. d’où le titre : "Wake-Up" !

S : donc l'idée principale du film est de profiter de la vie,  pour ce qui est du casting et de l’équipe technique, peux tu nous en dire un peu plus ?

HR : les acteurs sont tous des Salseros, le héro,  Aziz QBEIBO est un jeune entrepreneur dans la communication, le rôle principal féminin est joué par Houda SERGI et Walid BELKABIR est le second protagoniste et tous jouent pour la première fois.

pour le coté technique, le cameraman c’est moi-même, j’étais assisté par Youness EL GARRAB et Mustafa TOUNDAOUI qui s’occupaient de la lumière, le matériel utilisé est essentiellement un appareil photo reflexe, un réflecteur et un projecteur.

S: combien de temps a duré le tournage ?

HR : pour le tournage des séquence de danse et du live band, on l’a fait coïncider avec les soirées Salsa à la péniche pour profiter du lieu, de l'ambiance et des figurants.

On peut compter 2 demi-journées pour les séquences de danse, une demi-journée pour le reste, et une soirée de tournage à la péniche. les tournages étaient séparés à intervalle d'une semaine au moins vu que les soirées sont hebdomadaires.

S : la première du film Wake-Up a eu lieux lors du festival international de Salsa de Marrakech ? quel acceuil a été résérvé pour le court métrage ?

HR : le film a été présenté le Samedi 24 Septembre lors de La soirée de gala du Festival international de Salsa de Marrakech.

la projection du film a eu lieux entre deux shows, le premier étant un show de danseurs Marocains dont une petite fille de 12 ans pour la première fois et des danseurs internationaux pour le second, la communauté des Salseros a encouragé et bien accueilli le film.

S : je sais que le film a été fait en grande partie par tes propres moyens, mais y a-t-il eu un financement ou sponsoring via un partenaire que tu souhaite citer?

HR : effectivement "Wake-Up" a été réalisé par mes propres moyens et  Mamborama est mon partenaire pour le film.

Mamborama est un collectif de Salseros et une école de danse qui organise les soirées à la péniche. La contribution de Mamborama a énormément aidé à l’aboutissement du projet "Wake-Up" .

S : n’envisages tu pas de participer avec ton film "Wake-Up" à des festivals?

HR : on va le présenter bientôt au festival du court métrage de Rabat, pour voir un peu les retombées. Mais à ce stade, c'est surtout l'expérience de faire ce court métrage qui compte, je sais qu'il y a encore pas mal d'imperfections et c’est normal. je commence déjà a réfléchir à mon prochain film et tirer des enseignements pour éviter tous les pièges du premier.

S : justement c’était de cela que je voulais parler ! alors l’après "Wake-Up" ?

HR : j'espère bien qu'il y aura un "Wake-Up II", mais avec une histoire et des personnages différents, mais surement toujours en relation avec la Salsa.

S : on a hâte de voir le second volet de "Wake-Up". Merci beaucoup Hicham et on te souhaite une très bonne continuation.  un mot de la fin pour les lecteurs de Sweetology ?



HR : la Salsa mérite le détour, surtout avec l'ampleur que prend maintenant le festival de Marrakech, les lecteurs de Sweetology sont les bienvenues aux soirées et aux cours de Mamborama et chez les autres écoles aussi. je suis aussi très curieux de connaître leurs impressions et leurs critiques concernant "Wake up". 












Pour Plus d'infos visitez :  hichamrahbaoui.com


Next PostNewer Posts Previous PostOlder Posts Home